Entente de régionalisation: une bonification de l’enveloppe à l’horizon?

La décision de l’AG de rejeter les propositions de la direction des Études visant à faire porter le poids du déficit de l’enveloppe de régionalisation sur les profs qui se déplacent (souvent les plus précaires) a donné lieu à un déblocage étonnant. Devant l’impasse constatée, l’exécutif a jugé qu’il était temps de remettre le dossier entre les mains du directeur général, à qui revient, en bout de ligne, la responsabilité d’assurer la viabilité de la présence du cégep dans les 3 campus. Lors de la première rencontre, M. Blais s’est montré très sensible à la nécessité de trouver une solution rapidement, et ouvert à nos arguments. Il a été rapidement été convenu que la seule solution viable était de faire augmenter l’enveloppe, et que le seul moyen envisageable à présent, après l’échec de la négociation de la convention à ce chapitre, était de retirer le montant prévu à l’annexe III-13 de la convention pour le faire passer dans une annexe budgétaire ministérielle hors convention qui pourrait, elle, être bonifiée. Vous vous rappellerez peut-être que cette possibilité avait été discutée à deux reprises durant la dernière négo et, chaque fois, l’Assemblée avait jugé le retrait de l’annexe trop risqué, et avait souhaité la voir maintenue dans la convention, où elle restait soumise aux règles de la négociation locale. Qu’est-ce qui a changé pour que l’exécutif vous demande un mandat pour retirer cette enveloppe maintenant? Deux éléments, principalement: 1- le fait que la négociation ait échoué pour la deuxième fois à améliorer le financement de cette enveloppe, et que nous n’ayons pas de raison de croire que, dans l’avenir, cette annexe va devenir prioritaire pour le CPNC ou pour la FNEEQ, qui l’a toujours défendue plus que mollement, et 2- le fait que nous ayons maintenant des garanties que l’utilisation des sommes retirées de la convention sera identique à celle qui prévaut actuellement, c’est à dire que le libellé de l’annexe III-13 et le texte de l’entente de régionalisation (ainsi que les modalités actuelles de son application), seront intégralement maintenus. Si l’Assemblée générale nous en donne le mandat, nous entamerons, en collaboration avec le Directeur général, une série de rencontre avec les trois députés régionaux, pour leur présenter les enjeux des campus et la nécessité de mieux les financer. La visite de la Ministre de l’éducation autour de Pâques, sera le point culminant de la campagne pour tenter de profiter de la manne du réinvestissement préélectoral pour obtenir les sommes additionnelles… Le contexte semble favorable à la réussite de ce projet, mais la principale préoccupation dans tout ce processus, sera d’avoir toutes les garanties possibles que nos conditions de travail se trouvent, de façon durable, maintenues ou améliorées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *